AVOIR LA TAILLE MANNEQUIN

Il est courant de voir de nombreux mannequins essayer de suivre des régimes pour perdre du poids afin de s’adapter aux standards de silhouette très élancés prônés par les créateurs de mode. Cette obsession de la minceur peut entraîner des troubles alimentaires tels que l’anorexie ou la boulimie, et est particulièrement fréquente chez les jeunes filles. En effet, une étude a révélé que près d’un quart des filles de 16 ans s’imposaient des régimes trop restrictifs et mal conduits.

DES CONSEQUENCES DÉSASTREUSES CHEZ LES MANNEQUINS

Selon l’Association nationale des troubles alimentaires, plus de 70 millions de personnes (hommes et femmes confondus) souffrent de troubles alimentaires. On estime que 2% des filles âgées de 12 à 20 ans sont anorexiques et, selon les statistiques, 15% d’entre elles mourront de leur maladie.

La maigreur extrême des idéaux de beauté véhiculés par les médias et les pressions exercées par certains recruteurs peuvent avoir des conséquences néfastes sur les jeunes mannequins influençables, ce qui suscite de nombreux débats entre les organismes de santé publique qui appellent au bon sens et les impératifs de la mode.

 

UN MOUVEMENT DE SENSIBILISATION
De nombreux pays ont pris des mesures pour protéger les mannequins contre les pressions pour être excessivement minces, qui ont entraîné la mort prématurée de plusieurs d’entre eux. Par exemple, lors de la Fashion Week de Madrid en 2006, il a été interdit aux mannequins ayant un indice de masse corporelle inférieur à 18 de participer, car cela est considéré comme de la maigreur ou même de la dénutrition selon l’Organisation mondiale de la santé.
En avril 2008, les professionnels de la mode, de la publicité et des médias français ont également signé une charte sous l’égide du ministre de la Santé s’engageant à ne plus diffuser d’images favorisant un modèle de maigreur extrême et à sensibiliser le public à l’acceptation de la diversité corporelle. Des coachs de vie au sein des agences ont également constaté que les mannequins en bonne santé travaillent mieux et sont moins sujets aux dangers de la malnutrition grâce à la pratique du sport, qui leur permet de brûler les calories en excès. Étant donné l’intensité du travail et la résistance physique nécessaires pour être mannequin, il est de plus en plus inacceptable que ces professionnels souffrent de malnutrition.
L’INDICE DE MASSE CORPORELLE

Il existe deux indicateurs qui permettent d’évaluer les risques liés au surpoids ou à la malnutrition chez l’adulte : l’indice de masse corporelle (IMC) et l’indice de masse graisseuse. L’IMC est calculé en fonction de l’âge, du sexe et de la taille de la personne, tandis que l’indice de masse graisseuse permet d’estimer la proportion de tissus adipeux et musculaires. Cependant, ces deux indicateurs ne tiennent pas suffisamment compte des particularités individuelles, comme les caractéristiques physiques de personnes sportives de haut niveau ou de personnes amputées. Pour déterminer s’il est nécessaire et adapté de suivre un régime ou un traitement, il est recommandé de consulter un médecin nutritionniste.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.